AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le cadre de la Dollhouse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tru



Messages : 572
Date d'inscription : 30/12/2007
Age : 44

MessageSujet: Le cadre de la Dollhouse   Ven 9 Jan - 2:36

Je suis tombée sur un article intéressant au sujet du concept de Dollhouse et de la science.

J'expliquerais l'article dès que j'aurais un peu de temps, car là je suis occupée sur d'autres articles à traduire...

A look at the promise and science of the new Joss Whedon series, premiering in February...


Joss Whedon's imminent new series concerns operatives so secret that even they don't know what they're up to. In the illegal federal operation known as the 'Dollhouse', agents are imprinted with cognitive and muscle-memories adapted to their latest mission, and conclude their assignments by being wiped of any recollection of them. The series centres on Echo (Eliza Dushku), a 'doll' or 'active' who begins to attain self-awareness, and (presumably) to learn from her experiences in some way that the mind-wiping process should technically render impossible.
Fiction about amnesia and disassociation strikes a predictably popular chord with the youth demographic unsure about its own identity or place in the world, but the fascination transcends demographics: the notion of rearranging, erasing or artificially augmenting our own memories is the stuff of both fantasy and nightmare, from Neo's suddenly 'knowing' Kung-Fu after a dose of Tank's skill-stacks in The Matrix, to the instinctive horror of forgetting crucial experiences, as with the numerous victims of the 'neural neutraliser' in the Men In Black movies.
Altering memories via technology remains in the realm of science-fiction; neuroscience is still obtaining early theories from phenomena that it barely understands. Baffling synergies emerge from the hard facts, such as the damaged brain's capacity to restore cognitive memory from areas of the brain which are not associated with it.
In order to develop the science-fictional tools needed to manipulate memory, science needs to individuate the relationship between cells and memory. The day that the current mystical veil on memory is lifted and thoughts finally become classified as 'tissue' will be a politically problematic one at best. At worst it will be an ideological and ethical earthquake.
Anecdotal evidence suggests that this moment of revelation is coming up: the research of psychoneuroimmunologist Dr. Paul Pearsall provides a strong indication that memory is meat - unless, of course, one wishes to interpret his findings in a supernatural or spiritual sense.
Certainly Pearsall's various studied case-histories of transplant patients provide creepy moments to match the plot set-ups of schlock horror such as The Eye (2007), or the Michael Caine film The Hand (1981); a gay woman in her late twenties receives the heart of a nineteen year-old heterosexual vegetarian girl and gives up meat...and women; an 18 year-old boy writes a poem about 'giving his heart' to 'Danny', and the young woman (called 'Danielle') who receives his heart in a transplant is able to finish the lyrics before they are completely read out to her the first time; a middle-aged white man receives the heart of a young black man, and inherits his donor's love of classical music. The donors were anonymous in these cases, these facts assembled instead by research. The stories are numerous, and if true either bespeak proof of a supernatural world...or evidence that our very memories can be cut out of us with a scalpel, and are therefore ultimately subject to science, as in Dollhouse.
This is not to say that your 'mojo' can be removed in the style of an Austin Powers movie, any more than your DNA can be 'removed' with a mouth-swab. Even putting aside the notion of genetic memory, there's a lot of evidence that nature, ever a pessimist, stores memories in more than one place in the brain, and Dr. Pearsall's transplant anecdotes - which concern the transfer of hearts rather than brains - posit the possibility that memories may be 'backed up' in the most basic proteins of our bodies.
One theory of cellular memory suggests that the neuropeptides thought unique to the brain may in fact permeate all the cells of our bodies, and most particularly the heart, which has such a high quantity of peptides as to present a particularly fruitful area for study. If there should turn out to be a 'special' relationship between the two organs, we're all going to feel pretty silly for abandoning that romantic conceit as children...
In terms of SF tech, nothing qualifies more as a predecessor to Dollhouse than Gerry Anderson's final 'Supermarionation' series Joe 90. Here the young adopted son of a brilliant scientist receives implants of brain patterns from highly specialised personnel in order to undertake special-agent missions for one of Anderson's typically global peace-keeping forces, the World Intelligence Network. The 'Big Rat' (Brain Impulse Galvanoscope Record And Transfer) was the very psychedelic spinning machine that not only made the transference process visual but provided a golden excuse to re-run stock shots each episode. Joe himself kept a continuous memory, unlike the 'dolls' in Whedon's series, and never seemed to have any unwarranted side effects, such as an urge to ogle centrefolds or start smoking (God knows, everyone else did in Gerry Anderson shows). On the other hand Joe needed some nasty-looking souped-up NHS specs in order to stay in touch with the implanted abilities.
I suspect that Whedon's 'dolls' will have rather more emotional points-of-vulnerability, with a more ambiguous treatment of the source brain-patterns that our heroes will receive in the show; the difficulty in sifting practical abilities from emotional impressions and non-essential memories when sourcing implantable material is bound to emerge. In yet another real-life transplant case, a young girl who had never experienced any emotional problems led police to the killers of the donor of her new heart, after being plagued by nightmares about being murdered. To what extent, then, will the living templates of Dollhouse adopt more than just the skillset of their donor minds...?
The character without memory is instantly sympathetic, as they can hide so little from us, and we have seen the narrative dynamic before in Angelheart, Total Recall, Memento, Resident Evil, DarkCity, Regarding Henry and many others - and in many cases, the ultimate truth at the end of amnesia was an ugly one. Will Echo find out that she was once Faith?
Though he only went through the process once, Peter Weller in Robocop (1987) is another Dollhouse analogue, and the emotional dynamic of Paul Verhoeven's film centred on Murphy's struggle to re-invent himself with the tatters of his old personality, much as cynical megacorp OCP had reinvented his body with cybernetic technology. Robocop's reply when asked his name by the head of OCP at the movie's end is one of the big cheer moments of the dehumanising, yuppified 1980s ("Murphy!"), and Eliza Dushku's search for 'integration' is surely set to be the emotional heart of Dollhouse. If we're lucky, there'll also be a ton of good one-liners on the journey there.
'Integration' describes the elusive stage in the treatment of multiple-personality disorder where the patient combines the various traits of their 'cast of characters' into one cohesive and continuous personality, an ascension out of the darkness and confusion of insanity into the life-challenges that the patient had been fleeing before. In terms of the general culture of Whedon's target audience, the 'hook' in Dollhouse is surely the struggle to be accepted (and presumably appreciated) for who one really is; people have the right to reinvent themselves, but doing so on an ad hoc and daily basis is chaos and self-negation.
But that's a mission-statement aimed at broader demographics than those which likely interest Joss Whedon. I can't help but feel that there's a reason the show is called Dollhouse and not Toy House. I'm not convinced by the inclusion of the male 'doll' Victor (Enver Gjokaj); outnumbered by his two female colleagues (Dushku and 'Sierra', played by Dichen Lachman), this sounds like the Token Guy, Dollhouse's own ogleable Angel, there to provide balance and backdrop to another Whedon exploration into the female psyche, the fascination - if not obsession - that threads his career. Guys will tune in for Dushku as they did for both her and Sarah-Michelle Gellar in Buffy, but Dollhouse is x-chromosome all down the line, from the evidence of the set-up.
Hey, sounds good to me.
Dollhouse premieres February 13, 2009 on Fox.


Source : http://www.denofgeek.com/television/182484/setting_up_the_dollhouse.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dushkuloveme



Messages : 313
Date d'inscription : 25/02/2008
Localisation : Bruxelles Belgique

MessageSujet: Re: Le cadre de la Dollhouse   Sam 10 Jan - 2:55

long à lire, j'attend la traduction Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DarkFaith



Messages : 57
Date d'inscription : 04/11/2008
Age : 32

MessageSujet: Re: Le cadre de la Dollhouse   Sam 10 Jan - 17:44

Là malheureusement je n'ai pas le temps de lire l'article ni de le traduire mais si à l'avenir tu veux de l'aide en ce qui concerne les traductions, je veux bien t'aider. Mon niveau d'anglais n'est pas trop mauvais, je pense que je pourrai y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tru



Messages : 572
Date d'inscription : 30/12/2007
Age : 44

MessageSujet: Re: Le cadre de la Dollhouse   Sam 10 Jan - 23:25

Oh merci Dark, c'est sympa Cool N'hésites pas à le faire, au contraire... Je te laisserais alors t'occuper de celle-ci, qui est très intéressant!! Dès que tu es dispo Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DarkFaith



Messages : 57
Date d'inscription : 04/11/2008
Age : 32

MessageSujet: Re: Le cadre de la Dollhouse   Mar 13 Jan - 16:04

Il est loin d'être simple cet article lol... c'est un vrai cours de science entre autre ! Mais je me décourage pas, je le finirai... ça prend juste un peu plus de temps que prévu.. je suis à la moitié là plus ou moins.

Et je confirme c'est intéressant et on se sent beaucoup moins bête après l'avoir lu.. et c'est là aussi qu'on se rend compte de toute la portée scientifique, sérieuse et controversée de l'idée de Joss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dushkuloveme



Messages : 313
Date d'inscription : 25/02/2008
Localisation : Bruxelles Belgique

MessageSujet: Re: Le cadre de la Dollhouse   Mar 13 Jan - 19:40

ok prend ton temps pour la traduc mais pas trop quand même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DarkFaith



Messages : 57
Date d'inscription : 04/11/2008
Age : 32

MessageSujet: Re: Le cadre de la Dollhouse   Jeu 15 Jan - 16:18

Okkkk dans le genre article prise de tête celui-ci vient dans mon trio de tête lol... prise de tête à traduire, pcq le contenu est sympa mais wa.. celui qui a écrit ça devait pas avoir les idées claires parce que je trouve qu'il manque une certaine structure à son article.. mais bref le voici en français... je suis désolée mais je n'ai pas pris le temps de me relire et c'est sans doute très mal traduit mais les termes sont tellement techniques que j'ai pafois eu bcp de mal à trouver ce qu'il voulait dire exactement Embarassed

So enjoy...


Jetons un regard aux promesses et à la science de la nouvelle série de Joss WHedon, démarrant en février.

L’imminente nouvelle série de Joss Whedon traite d’opérations tellement secrètes qu’eux même ne savent pas ce qu’ils font. Dans l’opération fédérale et illégale connue comme la « »Dollhouse », des agents sont empreints de mémoires cognitives adaptées à leur dernière mission, et terminent leur devoir en se faisant effacer tous souvenirs de ceux-ci.



La série se centre sur Echo (Eliza Dushku), une “doll” ou “active” qui commence à atteindre la conscience de soi, et (probablement) à apprendre de ses expériences alors que le processus d’effacement de mémoire devrait rendre cela impossible.



La fiction traitant de l’amnésie et de la dissociation vise une probable corde populaire avec une jeunesse démographique incertaine sur sa propre identité et sa place dans le monde, mais la fascination transcende la démographie : la notion de réorganisation, effacement ou d’artificiellement augmenter notre propre mémoire est un sujet à la fois fantastique et cauchemardesque, des soudaines connaissances de Neo en Kung-Fu après une dose de « Thank’s skill-stacks » dans Matrix , à l’horreur instinctive d’oublier des expériences cruciales , comme avec les nombreuses du « neutraliseur neuronal » dans Men In Black.



Altérer la mémoire à l’aide de la technologie reste dans le domaine de la science-fiction ; la neuroscience élabore toujours des théories précoces de phénomènes qu’il comprend à peine. La synergie déroutante émerge de faits forts, telle que la capacité de cerveaux endommagés à restaurer sa mémoire cognitive à l’aide d’aires du cerveau qui ne lui sont pas associées.



Dans l’optique de developer des outils “science-fictional” nécessaire à manipuler la mémoire, la science à besoin d’individualiser la relation entre cellules et mémoire. Le jour où le voile mystique actuel sur la mémoire sera levé et que les pensées seront finalement classifiées comme « papier » vera la naissance d’une des plus grandes problématiques politiques. Au pire, ce sera un tremblement de terre idéologique et étique.



Une preuve anecdotique suggère que ce moment de révélation arrive : la recherche du psychoneuroimmunologiste Dr. Paul Pearsall fournit un forte indication que la mémoire est une substance – à moins, évidemment, que quelqu’un souhaite interpréter ses découvertes dans un sens surnaturel ou spirituel.



Les différentes études des cas de Pearsall de patient transplantés fournissent de terrifiant moments qui correspondent à la trame de film d’horreur tel que The Eye (2007), ou le film de Michael Caien The Hand (1981) ; une femme homosexuelle en fin de vingtaine reçoit le cœur d’une fille de 19 ans hétérosexuelle et végétarienne, elle abandonnera la viande et… les filles ; un garçon de 18 ans écrit un poème à propos de « donner son cœur » à « Danny », et la jeune femme (qui s’appelle « Danielle ») qui reçoit son cœur par transplantation est capable de finir les vers avant qu’ils aient été complètement été lu à la jeune fille la première fois ; un homme blanc d’âge moyen reçoit le cœur d’un jeune homme noir, et hérite de son amour pour la musique classique. Les donneurs étaient anonymes dans ces cas, les faits furent rassemblés par la recherche. Les histoires sont nombreuses, et si réelles soit donne la preuve d’un monde supernaturel… ou le témoignage que toute notre mémoire peut être coupée au scalpel, et de ce fait est, en fin de compte, un sujet scientifique, comme dans Dollhouse.



On ne cherche pas à dire que votre “mojo” puisse être retiré dans le style d’un filme d’Austin Powers, pas plus que notre ADN puisse être « retiré » avec un prélèvement bucal. Même en mettant de côté la notion de mémoire génétique, il y a un bon nombre de preuves que la nature, même d’un pessimiste, emmagasine la les souvenirs dans plus d’une aire du cerveau, et les anecdotes de transplantations du Dr Pearsall – qui concerne la transplantation de cœur plutôt que de cerveaux – positive la possibilité que la mémoire puisse être sauvegardée dans les protéines les plus basiques de notre corps.



Une théorie de la mémoire céllulaire suggère que les neuropeptides que l’on pensait unique au cerveau, pourraient en réalité pénétrer toutes les cellules de notre corps, et plus particulièrement le coeur, qui a une telle quantité de peptides qu’elle présente une aire particulièrement fructueuse pour une étude. S’il devait s’avérer qu’il y ai une relation « spéciale » entre ces deux organes, nous allons tous nous sentir plutôt bête d’avoir abandonné ce concept romantique comme des enfants...



En terme de technique de Science-ficton, personne ne se qualife plus comme une prédécesseur pour Dollhouse que le final “Supermarionation” de la série Joe 90 de Gerry Anderson. Ici, le jeune fils adopté d’une brillant scientifique reçoit des échantillons d’implants cérébraux de personnels hautement spécialisés pour entreprendre une mission spéciale en tant qu’agent pour une organisation typique de protection de la paix, le Réseau pour l’Intelligence Mondiale.



Le “Big Rat” (Brain Impulse Galvanoscope Record And Transfer) était la machine tournante psychédilique qui ne rendait pas seulement le processus de transfert visuel mais fournissait un ecxuse en or de réutiliser des stocks de scènes à chaque épisode. Joe lui-même gardait une mémoire continue, contrairement aux « Dolls » dans la série de Joss Whedon, et ne semblait jamais avoir d’effets secondaires injustufiés, tel que le besoin urgent de reluquer les pages centrales de magasines ou de commencer à fumer. D’un autre côté Joe avait besoin d’une soupe peu ragoutante de NHS specs afin de garder contact avec les abilités qui lui avaient été implantées.



Je suppose que les “Dolls” de Whedon auront des points de vulnérabilité beaucoup plus émotionnels, avec un traitement plus ambigu de la source de l’échantillon neurologique que nos héros recevront dans le show ; la difficulté de séparer les abilités pratiques des impressions émotionnelles et de la mémoire non-essentielle quand on extrait le matériel implantable est amené à emerger. Dans une autre histoire de la vie réelle des cas de transplantations, une jeune fille qui n’avait jamais connu de problèmes émotionnels amena la police jusqu’à l’assassin du doneur de son nouveau coeur, après avoir été frappée de cauchemard où elle était assassinée. En élargissant alors, les habitants de la Dollhouse adopteront-ils plus que des aptitudes provenant de l’esprit de leur donneur... ?



Un personage sans mémoire est immédiatement sympatique, puisqu’il peut se cacher si peu de nous, et nous avons déjà vu cette dynamique narrative dans Angelheartn Total Recall, Memento, Resident Evil, DarkCity, Regarding Henry et beaucoup d’autres – et dans la plupart des cas, la vérité ultime à la fin de leur amnésie était une vérité affreuse.



Echo découvrira-t-elle qu’elle fut jadis Faith?

Bien qu’il n’ai traité de ce sujet qu’une seule fois, Peter Weller, dans Robocop (1987) présente une autre analogie de Dollhouse, et la dynamique émotionnelle du film de Paul Verhoeven centré sur la lutte de Murphy à se réinventer avec les lambeaux de son ancienne personnalité, autant que la cynique megocorp OCP a réinventé son corps avec de la technologie cybernétique. La réponse de Robocop quand Le chef de l’OCP lui demande son nom à la fin du film est un des moments le plus réjouissant du film déshumanisant de 1980 (« Murphy ! »), et la recherche d’intégration d’Eliza Dushku est sûrement déstinée à être le coeur émotionnel de Dollhouse. Si nous sommes chanceux, il y aura également une tonne de bons one-liners dans ce voyage.



L’intégration décrit l’étape insaisisable dans le traitement des troubles de personnalités multiples où le patient combine les traits divers de leur « distribution de personnages » dans une personnalité cohérante et continue. Une ascenssion hors de l’obscurité et de la confusion de la folie qui l’amènera à une challenge de vie que la patient fuyait jusqu’alors. Dans l’optique de la culture générale du public cible de Whedon, l’ « accroche » dans Dollhouse sera certainement la lutte d’être accepté (et probablement apprécié) pour ce qu’on est réellement ; les gens ont le droit de se réinventer eux-mêmes, mais en arriver là engendre le chaos et le dénis de soi.



Mais il s’agit là d’une déclaration qui vise plus une démographie plus large que ceux qui intéressent plus aisément Joss Whedon. Je ne peux pas m’empêcher qu’il y ai une raison que ce show se soit appellé Dollhouse et pas Toy House. Je ne suis pas convaincu par l’intégration de la « doll » masculine, Victor (Enver Gjokaj) ; ésseulé par ces deux collègues féminines (Dushku et « Sierra », jouée par Dichen Lachman), cela sonne un peu comme le Token Guy, le propre Angel de Dollhouse, présent pour créer une balance et servir de déclencheur à une autre exploration de Whedon dans la psyché féminine, la fascination – pour ne pas obsession – qui régit sa carrière. Les hommes se brancheront sur la série pour Dushku comme ils l’ont fait pour elle et Sarah-Michelle Gellar dans Buffy, mais Dollhouse est un chromosome-x tout du long, par l’évidence de la trame.

Hey, l’idée me plait.

Dollhouse démarre le 13 février 2009 sur la Fox.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dushkuloveme



Messages : 313
Date d'inscription : 25/02/2008
Localisation : Bruxelles Belgique

MessageSujet: Re: Le cadre de la Dollhouse   Jeu 22 Jan - 1:29

merci pour la traduc Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cadre de la Dollhouse   Aujourd'hui à 15:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cadre de la Dollhouse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Faire un cadre dégradé avec Photoshop
» Dollhouse : avis et commentaires
» support de cadre
» Avis de marché - Accord-cadre - Auxerre (89) - Arts graphiques (Archives reliées et non reliées)
» cadre et photo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
** Dollhouse-tv ~ Le Forum Français ** :: Dollhouse :: News-
Sauter vers: